Assurance crédit : des ventes forcées outre-Manche

Pendant plusieurs années, les établissements bancaires britanniques ont forcé la main à leurs clients en les
« invitant » à choisir leurs offres d’assurance crédit pour garantir le prêt contracté. Des pratiques très discutables qui ont
suscité plus de deux millions de plaintes…

Des victimes à rembourser

Face à l’ampleur de ce scandale, la Financial Services Authority, gendarme financier sur l’autre rive de la Manche, a
réagi obligeant les organismes fautifs à rembourser les clients lésés.

Au total, ces pratiques ont permis à ces établissements prêteurs de glaner quelque 12 milliards d’euros et Barclays a
déjà remboursé plus de 880 millions d’euros.


Comparez les assurances crédit

Et en France ?

Dans l’Hexagone, de telles dérives paraissent assez lointaines. En effet, grâce à la loi Lagarde, il est possible de
choisir librement son assurance prêt immobilier entre l’offre proposée par la banque prêteuse (« assurance de
groupe ») et celle d’un organisme tiers (« délégation d’assurance »). Seule condition : le contrat choisi par
l’emprunteur doit présenter un niveau de garantie équivalent à celui proposé par l’établissement prêteur.

Toutefois, l’on note en pratique une certaine réticence des établissements bancaires à jouer le jeu de la concurrence
refusant par exemple d’accorder le prêt immobilier à défaut de souscrire l’assurance de groupe. Rien d’étonnant dès
lors à ce que seuls 10 % des assurances emprunteur soient souscrites auprès d’un organisme tiers. Heureusement, loi
bancaire et loi Hamon pourraient venir renforcer la loi Lagarde. Affaire à suivre.