Gérez votre budget assurance avec l’assurance au kilomètre

L’assurance auto au kilomètre 
est un type d’assurance qui consiste à payer uniquement le nombre de kilomètres parcourus sur une base annuelle.  Elle
s’adresse particulièrement aux conducteurs qui n’utilisent leur voiture que de manière occasionnelle et qui ne
souhaitent pas payer trop cher leur assurance.

Si les garanties de ce type d’assurance ressemblent aux autres formules d’
assurance voiture, c’est le montant des cotisations qui les différencie tout à fait.


Comparez les assurances auto

L’assurance au kilomètre : avantageux pour qui ?

L’assurance au kilomètre vous fait bénéficier des mêmes garanties qu’une assurance auto dite « classique ». Mais
comme le montant des cotisations est calculé en fonction des kilomètres que vous parcourez tout au long de l’année,
vous bénéficiez donc d’une économie oscillant entre 20 et 30 % par rapport aux autres types d’assurances auto.

L’assurance au kilomètre profite aux personnes qui roulent peu. Par exemple, celles qui vivent en milieu urbain et
utilisent au quotidien les transports en commun, la voiture ne servant que très rarement.

Le principe de l’assurance au kilomètre

Pour cette formule particulière d’assurance automobile, la prime d’assurance est calculée selon le nombre de kilomètres parcourus
sur une période donnée.

Les compagnies d’assurance proposent alors d’installer un dispositif électronique dans la voiture de l’assuré pour
vérifier le nombre de kilomètres effectués.

Par ailleurs, il est possible de choisir entre deux types de contrats d’assurance au kilomètre : le « forfait
kilométrique » (l’assurance est proposée sous forme de forfait) et le « Pay as you drive » (le conducteur paie
uniquement les kilomètres réellement et effectivement parcourus).

L’assurance au kilomètre : quels inconvénients ?

En choisissant de souscrire une assurance au kilomètre, l’assuré doit déclarer le nombre maximum de kilomètres à ne
pas dépasser par an.

En général et selon les contrats, ce chiffre se situe entre 4 000 et 9 000 km par an. En cas de dépassement, il faut
payer une surprime dont le montant peut s’avérer extrêmement élevé. Du coup, il peut arriver que l’assuré paie
beaucoup plus qu’une prime d’assurance auto « classique » s’il n’est pas parvenu à gérer le kilométrage.